J’ai réparé des Joy-Con « driftés », ce n’était pas si compliqué

Réparation joy-con drift

En 2018, dans ces eaux là, je jouais tranquillement à Minecraft sur ma Nintendo Switch. Mais alors que je m’en allais terrasser l’Ender Dragon une araignée, mon curseur s’est déplacé tout seul vers la gauche. C’était le début de la fin : j’ai subi le Joy-Con Drift. Deux années après, j’ai décidé de le réparer.

Spoiler : j’ai quand même cassé une connectique, je vous en parle dans la partie « Joy-Con droit » !

Un non-bricoleur dans l’âme

En plus de ce drift, il faut savoir que mes nappes SR/SL étaient fichues sur les deux Joy-Con ; cela m’empêchait d’utiliser les boutons concernés et les LEDs ne fonctionnaient plus du tout. Concrètement, je n’ai pas eu beaucoup d’autre choix que d’acheter une nouvelle paire. Mais si je me refusais à ouvrir ces petites manettes fragiles, je les ai gardées dans un coin sans y toucher. Pourquoi est-ce que j’ai eu autant de soucis ? Aucune idée, j’ai toujours pris soin de mes consoles. Mais le constat est là, ils ne sont plus utilisables de façon optimale.

Au début du confinement de 2020, l’ennui a évidemment commencé à se faire ressentir, comme pour des millions de personnes. En voyant ici et là des gens s’amuser à retravailler des Joy-Con ou des manettes pro, je me suis dit « et pourquoi pas moi ? ». Je me suis renseigné sur les pièces à changer, sur le matériel à acheter et j’ai fait un petit tour sur eBay.

Pour vous mettre un peu dans l’ambiance de mes capacités, j’ai ouvert un GameBoy Advance il y a bien 7 ans et il traîne dorénavant dans un carton chez mon père, toujours ouvert.

Le matériel nécessaire pour réparer les Joy-Con

Même si le principal ici reste la réparation du joystick « drifté », je vais également vous donner le matériel utilisé pour réparer les nappes ET pour les coques de rechange que j’ai acheté : elles sont transparentes et franchement très jolies. Mais ça, c’est plus pour le côté fun du truc et ça rajoute d’ailleurs de la difficulté. Voici donc la liste des produis que j’ai acheté :

En tout, j’en ai donc eu pour moins de 35€, si on ne compte pas les 30€ à remettre dans une carte mère (voir partie « Joy-Con droit »). En partant du principe qu’une nouvelle paire de Joy-Con coûte approximativement 80€, je suis gagnant. Il faut simplement avoir foi en ses capacités. Ce que je n’avais pas, mais ce n’est pas l’envie qui me manquait. Bon, entre temps, les produits ci-dessus ont augmenté de prix mais nul doute qu’il est possible de trouver des équivalents moins onéreux.

Le passage à l’acte : pas si compliqué, finalement (mais il y a un mais)

Une fois tout reçu, j’ai évidemment eu envie de passer à la réparation au plus vite ; finalement, l’idée m’est venue de le faire en live pour Switch-Actu.fr, sur la chaîne Twitch officielle du site. J’ai donc fait cela en deux lives différents, un pour le gauche et un pour le droit.

J’avais beaucoup d’appréhension pour ces réparations, surtout avant la première. Je me suis accompagné des tutoriaux « Coque complète Joy-Con Gauche » et « Coque complète Joy-Con Gauche » du site SOSAV, complets et faciles à suivre. Durant les lives, certaines personnes dont Huhulacolle m’ont épaulé, soit psychologiquement, soit en me donnant des conseils sur la réparation elle-même.

Live Switch-Actu pour le Joy-Con gauche

Démontage et remontage du Joy-Con gauche

Pour le Joy-Con gauche, mes difficultés ont été assez légères, voici une petite liste :

  • Démonter la coque du Joy-Con : j’ai fait cela bien avant le live, mais j’ai du (tenez-vous bien), utiliser un marteau et un tournevis plat pour réussir à retirer deux vis. Je ne sais pas si elles étaient de mauvaise qualité ou si c’est mon tournevis Y qui est en cause, mais le crantage s’est peu à peu effrité, m’empêchant de les dévisser. Quelques coups de marteau avec le tournevis plat en guise de burin et j’ai pu creuser une nouvelle encoche. Je ne vous conseille néanmoins pas de faire ça, c’est assez dangereux pour le Joy-Con.
  • Remettre la touche ZL dans la nouvelle coque : les ressorts sont un peu capricieux et il faut trouver le bon angle. Cette étape a duré un bon 10 minutes ;
  • Retirer le connecteur de batterie : rien de bien méchant, mais j’ai involontairement cassé une petite partie du connecteur. Tout fonctionne parfaitement finalement, plus de peur que de mal ;
  • Correctement placer les boutons directionnels : j’ai sans doute du m’emmêler les pinceaux, mais j’avais mal re-positionné les boutons. J’ai du recommencer cette étape.
  • Re-connecter la nappe SR/SL à la fin du montage : lorsque tout était déjà remonté, il était difficile de bien remettre la nappe en place, j’ai donc du re-démonter une partie pour y arriver.

Vous le remarquez, il ne s’agit pas là de difficultés énormes. Tout a été finalement relativement simple, je n’ai perdu aucune pièce et le Joy-Con fonctionne parfaitement maintenant !

Le Joy-Con gauche une fois réparé

Démontage et remontage du Joy-Con droit

Pour le côté droit, il est vrai que j’avais dorénavant l’expérience de démonter et remonter un Joy-Con. Mais avec le capteur infrarouge et l’antenne, c’est forcément un peu plus complexe. J’ai eu quelques difficultés sur certains points, et j’ai même cassé quelque chose, ce qui m’a un peu cassé le moral sur le coup ; fier de moi pour le premier Joy-Con, j’étais très déçu de rater mon coup pour le second.

  • Allons droit au but : la partie que j’ai cassé concerne le vibreur. Pour vous expliquer, le connecteur semblait un peu trop encastré dans la carte mère et, à force de ne pas réussir à le retirer … j’ai fini par forcer un peu trop et tout s’est décollé. Résultat : mon Joy-Con droit ne vibre plus et c’est un peu dommage quand on sait ce que peut apporter la « vibration HD » sur certains jeux. Pour l’heure, je ne sais pas encore si je vais changer la carte mère, mais je mettrais à jour l’article si cela se fait. Je pense m’axer vers celle vendue par Chipnmodz, un revendeur français de pièces détachées ;
  • J’ai eu quelques difficultés sur certaines nappes un peu difficiles à remettre. Elles se connecte au dessus de la carte mère, mais se « rangent » en dessous, rendant donc la zone de travail très restreinte ;
  • A la toute fin, l’antenne du Joy-Con refusait de se ranger correctement, empêchant de refermer la coque.

Concrètement, le droit est donc officiellement plus difficile à réparer. Avec l’antenne, le capteur infrarouge et le récepteur NFC, plusieurs nappes en plus viennent se loger et rendent toutes les autres un peu moins accessibles, ceci ayant sans doute participé à mon erreur. En ayant réussi le gauche, je suis peut-être parti un peu trop confiant ; c’est une erreur à ne pas reproduire !

Le Joy-Con droit une fois « réparé »

Le constat reste tout de même positif : le drift est réparé

Finalement, mes problèmes de base ont été résolus assez facilement. Sans changement de coque, j’aurais réussi sans encombre la réparation du stick gauche et des deux nappes SR/SL. La plupart du temps, seul le Joy-Con gauche est impacté par le problème de stick, rendant donc la réparation encore plus simple et moins onéreuse.

Si vous n’avez pas peur de tenter l’expérience et que vous ne comptiez pas changer la coque, alors je ne peux que vous inviter à vous y essayer ! Evidemment, si vous avez la possibilité de faire passer cela sous garantie, il va de soi qu’il est préférable de passer par ce biais. Mais on n’empêche pas une pulsion de bricolage !

Je trouve le rendu particulièrement joli

5 1 vote
Notez cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires